Sommaire

Partager l'article
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest

Guide : traiter la vigne avec la bouillie bordelaise

Comment traiter la vigne avec le bouillie bordelaise ? Le guide complet

Plante grimpante vivant dans les régions tempérées ou méditerranéennes, la vigne est un terme qui désigne différentes variétés d’espèces de la famille des Vitaceae. Les vignes sont généralement cultivées pour leurs raisins, fruits en grappes dont le jus donne, après fermentation, du vin.

Les vignes sont de petits arbres fruitiers, des arbrisseaux grimpants qui sont attachés à des supports par des vrilles. Elles possèdent des tiges ligneuses, les sarments, souvent taillées lorsqu’elles sont en culture, atteignant de très grandes longueurs lorsqu’elles sont laissées dans la nature. Enfin, les feuilles des vignes présentent des nervures palmées à cinq lobes principaux en forme de cœur. En fonction des cépages et des espèces, les vignes connaissent une importante polymorphie.

Trouvez ici notre guide complet présentant les vignes, les maladies fréquemment rencontrées lors de leur culture et comment les traiter avec la bouillie bordelaise.

🌱 Présentation de la vigne

Traiter la vigne avec de la bouillie bordelaise

La vigne est une plante qui se cultive idéalement dans les climats subtropicaux et semi-arides présentant des étés chauds et secs, avec de faibles précipitations et des hivers frais. En effet, la croissance et la maturité des baies demandent une atmosphère sèche, un fort ensoleillement et une température modérément chaude comprise entre 15 et 40 °C.

En outre, les vignes s’adaptent bien à différents types de sol bien qu’elles préfèrent les sols argilo-limoneux profonds, riches en matières organiques et disposant d’une bonne structure. De préférence, le pH du sol devra se situer entre 6,5 et 7,5 ; et il devra présenter une faible salinité pour une culture optimale de la vigne.

Besoin d’un pulvérisateur à dos ?

Retrouvez dès maintenant notre guide pour choisir votre pulvérisateur à dos au meilleur prix.

Les plants de vigne ont un besoin en eau compris entre 400 et 500 mm. Lors de la période de floraison, ils sont particulièrement sensibles au déficit en eau. De plus, les climats couverts, des températures basses et de trop grandes précipitations sont des facteurs favorisant les maladies de la vigne.

☠️ Les maladies de la vigne

Tout comme la culture des plantes potagères et de jardin (tomates, pomme de  terre), la vigne subit les attaques de champignons et de nuisibles ravageurs qui peuvent saccager votre plantation.

Les maladies cryptogamiques de la vigne

Il s’agit là des maladies causées par le développement des spores de champignons et attaquant particulièrement les plants de vigne.

Le mildiou

Du mildiou présent sur une feuille de vigne

Le mildiou de la vigne est une maladie cryptogamique due à un champignon originaire d’Amérique du Nord, le Plasmopara viticola. Son apparition en France remonte en 1879 dans le Bordelais où il a fait de grands ravages.

Le mildiou s’attaque à tous les organes herbacés et présente des symptômes différents en fonction des espèces. Chez la vigne, le mildiou se manifeste par des taches ayant l’aspect de taches d’huile sur la face supérieure des jeunes feuilles. Puis, les taches évoluent en nécrose, causant le dessèchement des inflorescences et entraînant l’apparition d’un feutrage blanchâtre sur les jeunes grappes : c’est le rot gris. Après la nouaison, les baies attaquées se mettent à brunir ; on parlera alors de rot brun.

Le mildiou de la vigne peut causer de lourdes pertes pour la récolte, mais également il nuit grandement à la qualité des grappes. En effet, il rend inactives les feuilles chargées de la maturation des raisins.

Heureusement, le mildiou est une maladie que l’on peut relativement prévoir. Donc, on peut y apporter un traitement préventif efficace. Ainsi, le champignon étant biologiquement bien connu, il est facile à appréhender. En effet, il vous faudra rapidement repérer les signes de contamination primaire, c’est-à-dire les premières taches, et anticiper le repiquage des plants en saison de pluie. De plus, des outils et supports écrits ont été élaborés afin d’aider les cultivateurs dans la prise de décision des traitements efficaces.

L’oïdium

Oïdium présent sur feuille de vigne

Historiquement, l’oïdium de la vigne fut la première maladie cryptogamique d’origine américaine importée en Europe, dès 1845. Elle est causée par l’Erysiphe necator, et attaque, tout comme le mildiou, toutes les parties herbacées de la plante.

L’oïdium peut entraîner un ralentissement de la croissance des jeunes pousses et s’attaque principalement au feuillage qui finit par ternir et présenter des taches grisâtres sur la partie supérieure. À la longue, feuilles et inflorescences en grappes recouvertes de poussière grise flétrissent et tombent. L’oïdium cause donc la chute des feuilles de façon précoce, bien avant le cycle de la chute des feuille, en automne.  

C’est une maladie sournoise, car le champignon se développe lentement avant d’attaquer rapidement grappes et feuilles. Ainsi, lorsqu’elle est visible, il est généralement déjà trop tard.

La période de sensibilité de la vigne à l’oïdium s’arrête heureusement lorsque les baies sont en fin de croissance. Cela confine la période la plus critique au moment de la floraison, surtout lorsque la température oscille entre 25 et 30 °C.

Le botrytis

Botrytis présent sur des raisins

Le botrytis est une maladie cryptogamique de la vigne qui n’arrive à atteindre les organes que lorsque les plants ont été blessés. Mais lorsqu’il profite d’une blessure pour attaquer les plants, il se développe à une très grande vitesse.

Encore connue sous le nom de pourriture grise, cette maladie cryptogamique cause de graves dégâts sur l’ensemble des grappes, surtout à la période allant de la véraison à la récolte. Lorsque le climat est hautement humide, la pourriture grise attaque, en effet, l’ensemble des grappes, causant la perte de toute la plantation.

Pour limiter son développement, la prophylaxie est le moyen de lutte le plus courant contre le botrytis.

Les parasites ravageurs de la vigne

L'insecte pyrale présent sur une feuille de vigne
La pyrale de la vigne

En dehors des champignons, certains insectes nuisibles affectent la vigne. Vos plants sont relativement sensibles à ces parasites ravageurs en fonction de leur stade de développement. Les principaux parasites ravageurs des vignes sont les acariens tétranyques, la pyrale de la vigne, les cicadelles vertes et la tordeuse de la grappe.

Le traitement des maladies de la vigne

Pour préserver les vignes des attaques de champignons nuisibles et parasites ravageurs, il existe des fongicides et des adjuvants utilisés dans l’agriculture biologique. Il s’agit de produit utilisé pour un traitement curatif des maladies.

Mais lorsque vous voulez prévenir vos plans des attaques et autres maladies cryptogamiques, le meilleur moyen est d’apporter un soin à titre préventif. Ainsi, la bouillie bordelaise est une excellente solution pour le traitement préventif contre le mildiou, l’oïdium et même le botrytis.

Pourquoi utiliser de la bouillie bordelaise sur la vigne

Il est admis, même dans le cadre d’une agriculture bio, que la pulvérisation bouillie bordelaise est un excellent moyen préventif contre les maladies de la vigne. Ainsi, pulvériser de la bouillie bordelaise préserve vos plants des attaques et protège arbres fruitiers et vignes. La recette bouillie bordelaise est constituée fondamentalement de sulfate de cuivre et chaux.

Tous les secrets de la bouillie bordelaise

Nous avons créer pour vous le guide ultime de la bouillie bordelaise : utilisation, dosage, equipement, danger, type de plantation, efficacité.

Couramment utilisée comme fongicide, la bouillie bordelaise est utilisée sur la vigne afin de détruire les principaux champignons responsables des maladies fongiques de la vigne. Ainsi, elle permet de détruire en prévention les vecteurs de la tavelure du pommier, du mildiou, l’oïdium et même de la cloque du pêcher. Elle est utilisée essentiellement pour un traitement préventif de ces maladies, agissant avant la reproduction des champignons.

Le cuivre, en effet, bloque la germination des spores, les empêchant ainsi de se reproduire.

Les meilleures ventes de bouillie bordelaise

⚙️Comment traiter la vigne avec de la bouillie bordelaise ?

Une femme pulvérise de la bouille bordelaise sur ses vignes

La bouillie bordelaise, mélange de sulfate de cuivre et de chaux, est un traitement parfait pour protéger les vignes. Diluée à 15 g par litres d’eau, elle doit être pulvérisée sur le feuillage des plants de sorte à les recouvrir d’un parfait nuage de produit.

Le pulvérisateur stihl est particulièrement adapté aux traitements des plantes de vos jardin et potager avec de la bouillie bordelaise.

Mais attention, il vous faudra prendre des précautions avant chaque pulvérisation, car la bouillie bordelaise irrite les yeux et les muqueuses. En conséquence, avant la pulvérisation de la bouillie bordelaise, il vous faudra porter gant, masque et lunettes de protection.

Les meilleurs pulvérisateurs à dos pour grands espaces

Quand mettre la bouillie bordelaise sur les vignes

Idéalement, la bouillie bordelaise doit être appliquée au milieu du printemps, au moment de l’inflorescence des jeunes pousses. Ainsi, dès la première quinzaine de mai, vous pourrez commencer à pulvériser la bouillie bordelaise sur vos plants de vigne. Les pulvérisations doivent être espacées de deux semaines en moyenne durant les jours sans pluie.

FAQ

Question : quand traiter contre le mildiou de la vigne ?

Le mildiou est une maladie causée par un champignon-algue microscopique qui se manifeste par l’apparition de taches jaune-vert sur le dessus des feuilles. Au-dessous, vous remarquerez un feutrage blanchâtre. Quant aux grappes, elles présenteront un brunissement avant de se dessécher. La bouillie bordelaise doit être appliquée dès le 15 mai et jusqu’à la récolte, en laissant au moins un intervalle de quinze jours entre les pulvérisations.

Retour haut de page